DÉVELOPPER UNE OFFRE DE LOGEMENTS ÉQUITABLES



Les loyers genevois figurent parmi les plus élevés de Suisse et trouver un logement adapté à ses besoins est extrêmement compliqué. La situation de pénurie affecte en premier lieu les personnes dont le revenu est modeste, mais également la classe moyenne. Cette situation est d’autant plus inacceptable que le logement est un droit fondamental et que la part du revenu consacrée au paiement du loyer est incompressible. Afin de lutter contre cette situation à laquelle la spéculation a fortement contribué, je considère qu’il faut poursuivre les efforts afin de développer le parc de logements d’utilité publique et les coopératives qui sont sans but lucratif.


Par rapport au marché libre, ce type de logement a l’avantage d’offrir des loyers accessibles à la population. En ce sens, il est normal que les ménages dont le besoin est le plus urgent soient priorisés dans le processus d’attribution. Néanmoins, le développement du parc de logements d’utilité publique n’est actuellement pas suffisant pour permettre d’endiguer la pénurie de logements.


Dans cette perspective, il convient d’agir également en parallèle sur le marché libre privé du logement en utilisant et en renforçant les outils à disposition. La LDTR permet par exemple d'éviter que les loyers sur le marché libre prennent l’ascenseur. Alors que notre société est mise au défi de la transition énergétique, son importance devient cruciale afin que les locataires n’assument pas seuls les coûts de la rénovation du bâti et la facture climatique.


Les priorités que nous devons porter en tant que socialistes sur la question du logement doivent se décliner sur les axes suivants :


  • Dans un contexte d’inflation généralisée qui affecte particulièrement les prix de l’énergie, il faut prendre conscience de la pression qui va s’exercer sur les loyers. De ce fait, il est indispensable de renforcer les législations qui permettent de lutter contre la spéculation immobilière en améliorant le système de contrôle des loyers au niveau cantonal: LDTR et loi générale sur les zones de développement.


  • Développer une offre de logements équitables, c’est-à-dire fondés sur les coûts mais rentables et en mains publiques, pourrait permettre de créer au niveau cantonal une offre de logements en loyer libre et sans but lucratif. La politique du logement pour la classe moyenne est une des rares politiques publiques qui peut s’autofinancer. Le Canton doit maintenant développer une politique volontariste en matière de logements équitables, comme la FIVO que je préside depuis 2008 l’a fait à Onex et comme de nombreuses coopératives le font depuis longtemps.


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Rejoignez le débat
  • Facebook Basic Square
  • mail rond