Intervention lors de la cérémonie d'investiture de la législature 2020-2025


Madame la Mairesse, chère Maryam,

Madame la Conseillère administrative, chère Anne,

Monsieur le Président du Conseil municipal,

Mesdames et Messieurs les membres du Conseil municipal,

Chères collaboratrices et chers et collaborateurs de la Ville d'Onex,

Chères et chers ami.e.s, d'Onex et d'ailleurs, qui nous font le plaisir de vos présences ce soir,

Mesdames et Messieurs,

A l'aube de cette nouvelle législature, j'ai le plaisir de pouvoir vous faire part de mes convictions profondes par rapport à cette fonction qui est celle d’administrer une commune, et qui, loin de s'émousser avec le temps, se renforcent par l'expérience de la fonction.

Malgré ces trois mandats passés, cette fonction offre toujours des premières fois et c'est aussi ce qui la rend si passionnante. Pour la première fois, j'ai le plaisir de siéger dans un des 4 Conseils administratif exclusivement féminin du Canton, et c'est une grande fierté. Car même si j'ai eu beaucoup de plaisir à siéger avec presque tous mes anciens collègues masculins, un collège de magistrates cela change certainement le style de fonctionnement.

En équipe, au-delà des clivages politiques, déconnectées des questions d'égo, innovantes et travaillant en transversalité, nous nous rappelons constamment que les Onésiennes et Onésiens attendent de nous de bien vivre dans leur Ville et que l’on résolve leurs problèmes. Toutes les trois nous mettons nos compétences complémentaires au service de ces objectifs, dans le respect de la démocratie et donc de l'égalité.

Mais, comme Mme la Mairesse le rappelait lors de l'inauguration de la place Monique-Bauer-Lagier, les symboles ont de l'importance dans la conquête de l'égalité. Alors mon allocution sera faite exclusivement au féminin, même si bien entendu, Messieurs, vous êtes également destinataires de ce message.

Pour reprendre les mots d'un ancien Conseiller d'Etat, être magistrate communale c'est : « assurer le bien public, selon la définition étymologique de publicus: « qui concerne l’Etat » . L’Etat, bien sûr, au sens large. Au sens de la collectivité. Au sens de la société. Au sens du territoire partagé. Au sens de la communauté, qualification qui porte, en germe, ce beau nom de commune. » Il relevait également « C’est une grande responsabilité. C’est une activité difficile, motivante mais qui réclame de l’abnégation. ».

Dans une cathédrale immense à fin mai, nous avons prêté un serment. Celui « d’être fidèle à la République et canton de Genève; d’obéir à la constitution et aux lois et de remplir consciencieusement les devoirs de notre charge ». Vous, Conseillères municipales, vous vous êtes engagées sur un texte similaire. Nous toutes, en acceptant notre élection nous avons accepté une responsabilité, c'est-à-dire que nous avons accepté, chacune à notre niveau, des pouvoirs mais surtout des devoirs.

J'aimerai attirer votre attention sur le sens de ce serment. Nous sommes devenues, par ce biais, les servantes de notre collectivité publique, et c'est dans ce sens que je conçois mon engagement politique : servir les Onésiennes, c'est-à-dire travailler pour elles, dans le respect de ces principes constitutionnels et des lois, dans le respect des différences, dans le respect des personnes.


Au service des Onésiennes, grâce au travail et aux compétences de l'Administration publique. L'administration vise à servir les habitantes, en respectant les besoins du plus grand nombre et en protégeant les plus fragiles. La qualité d'une société se mesure à l'aune de la situation de la plus fragile de ses membres. Donc si nous voulons le meilleur pour notre Ville, nous voulons le meilleur pour la plus fragile d'entre nous.

Les collaboratrices de la Ville d’Onex ont un travail toujours plus exigeant : nouvelles normes, nouvelles contraintes, nouveaux outils de communication qui peuvent rendre leur travail d’information et de relais auprès de la population parfois difficile, notamment lorsqu'il faut faire face aux faits alternatifs, toujours attisés pour allumer des incendies médiatiques, comme des braises sur lesquelles certaines s’amusent à souffler, sans se soucier des conséquences.

Pourtant la mission du service public, notre mission partagée, est essentielle : améliorer la qualité de vie des Onésiennes, chacune dans nos domaines de compétences.

Mais comment faire lorsqu'il faut quasiment une licence universitaire pour réussir à remplir le moindre formulaire d'aide sociale ou d'aide au logement.

  • Comment aider et accompagner les habitantes à faire valoir leurs droits alors qu'elles ne savent même pas qu’elles en ont car la loi et les formulaires leur sont inaccessibles ?

  • Comment défendre ce principe d’égalité lorsque certaines, ou certaines croyances, laissent entendre que l'accès à une prestation est dépendant des relations que l'on peut développer avec les responsables de celle-ci ?

  • Comment informer correctement les habitantes lorsque les réseaux sociaux ont diffusé des faits alternatifs et que le rôle d’expertise des collaboratrices de la Ville d’Onex est nié pour des raisons de divergences politiques ?

Il faut donc le réaffirmer : Les faits et la vérité ne sont pas partisans et ils sont le socle de notre démocratie.


Face à ces problématiques nouvelles, la collectivité publique de proximité doit apporter des réponses utiles et innovantes. Les magistrates de la Ville d'Onex ont la conviction que la Commune, notre Commune, proche de ses habitantes, doit toujours travailler à réconcilier la Citoyenne et l'Administration. Les Onésiennes doivent savoir que pour leur Commune elles sont toujours importantes ; et qu'auprès de leur Commune elles peuvent toujours trouver le savoir qu'il leur manque.

Nous avons donc reçu une responsabilité : gérer la collectivité onésienne, et nous avons reçu également le pouvoir et le devoir de le faire. Ce pouvoir nous est prêté et nous voulons le partager avec les Femmes de bonne volonté qui sont prêtes à travailler pour leur collectivité. Car je tiens à le rappeler ici, dans notre fonction il s'agit de voir, il s'agit de vouloir, mais il s'agit avant tout de travail. Nous devons faire pour les Onésiennes ce qu'on dit et dire ce que l'on fait. Le premier de nos devoirs est de ne promettre la lune que si l'on n'est capable de la donner.

Même si parfois en politique, il faut faire des choix de conviction qui peuvent ne pas plaire à tout le monde, il ne faut pas avoir peur, les électrices ont plusieurs fois démontré, et en 2020 encore, qu'elles préféraient celles qui répandent la lumière à celles qui tentent d'éblouir.

Mon engagement ira toujours vers le bien du plus grand nombre, à défaut d'aller vers la solution de facilité qui serait d'écouter celle qui crie le plus fort ou celle qui a le plus de moyens pour faire valoir son point de vue. Car la démocratie c'est aussi donner les moyens de se faire entendre à celles qui n'osent pas, ou qui pensent qu'elles n'ont pas le droit à la parole... et peut-être aussi également faire taire celles qui les étouffent.

Face à ces défis, j’ai la conviction que les Conseillères municipales sauront aussi faire les choix adéquats pour la majorité des habitantes de notre Commune.

Car l'amélioration de la qualité de vie ne se décrète pas, ni en slogans politiques, ni en affiches électorales, ni pour les élues, ni pour les habitantes.

La qualité de vie, l'amélioration de notre quotidien, la défense des intérêts de nos habitantes exige d'identifier les solutions, exige de vouloir les mettre en œuvre mais, et surtout, exige que l'administration communale, le service public, les élues, toutes ensemble, nous travaillions à ces mises en œuvre.

Ce devoir de travail, ce pouvoir de décider, nous en sommes donc toutes les légataires, chacune à notre niveau, mais il a un prix, celui de l'engagement pour l'intérêt public, pour la collectivité, dans le respect des compétences de chacune.

C'est forte de ces convictions et avec enthousiasme que je mets une nouvelle fois mes compétences et ma force de travail au service des Onésiennes comme je le fais depuis 13 ans maintenant.

Je vous remercie de votre attention et je vous remercie Messieurs d'avoir pendant quelques minutes vécu notre vie de femmes engagées en politique.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Rejoignez le débat
  • Facebook Basic Square
  • mail rond