Une année de majorité de gauche à Onex


Il y a un an, les Onésien.ne.s décidaient un changement de cap significatif en choisissant une double majorité de gauche au Conseil municipal et au Conseil administratif. Avec mes collègues, Maryam Yunus Ebener (Verte) et Anne Kleiner (PDC), nous nous sommes mises au travail avec enthousiasme pou

r réaliser ce changement.


En charge du Social, de la Sécurité et des Finances, mon action a porté en premier lieu sur les finances par l’élaboration du Budget 2021 de la Ville d’Onex. Dans le contexte d'incertitude lié à la pandémie et ses effets sur les recettes fiscales, je suis convaincue que les collectivités publiques ne doivent pas pratiquer une approche de restriction budgétaire, mais soutenir au contraire l'emploi, l'économie et la population par des choix d'investissements et de prestations publiques.


Un budget responsable et anticyclique

C'est donc un exercice d'équilibrisme fin qui nous a conduit à opter pour le choix d'un budget équilibré, mais sans excédent, choix rendu possible notamment par des arbitrages constants, mais également par l'excellente et prudente gestion pratiquée par le Conseil administratif précédent et son anticipation par des amortissements extraordinaires lorsque la situation l'a permis.


Les mécanismes de la péréquation intercommunale corrigent en partie les handicaps structurels financiers de la Ville d’Onex, mais nous restons la commune genevoise de plus de 10'000 habitant.e.s la plus économe du canton (en francs par habitant.e.s), tout en garantissant les mécanismes salariaux et en proposant l'engagement de collaborateur.trices dans les domaines de la sécurité, des bâtiments, du développement durable et de la promotion économique.


C'est donc un budget de vision et de responsabilité que nous avons défendu et qui a été soutenu par une large majorité, un budget de soutien à l'économie locale, à la transition écologique et aux populations les plus précaires, un budget anticyclique et de solidarité.



Une réponse solidaire à la crise sanitaire

Ce budget nous permet de renforcer les prestations à la population, notamment dans le domaine du social, dont la crise sanitaire montre toute l’importance. Par exemple, la permanence désendettement, mise en place en octobre 2020, en partenariat avec la Fondation genevoise de Désendettement, ne désemplit pas. Les sollicitations d’aides ponctuelles vis-à-vis du service social communal sont toujours plus nombreuses et il est de notre devoir de protéger les Onésien.ne.s qui subissent les conséquences économiques de la crise sanitaire de plein fouet, ce d’autant qu’ils et elles avaient peut-être moins de ressources pour y faire face que la population d’autres communes.


Faire des choix anticycliques c’est justement de ne pas geler des projets sociaux en raison de leur coût, surtout si ils soutiennent l’emploi et permettent des prestations nécessaires aux Onésien.ne.s. A cet égard, l’application du salaire minimum aux accueillantes familiales, qui est soumise au Conseil municipal en mai 2021, est un étendard : Onex veut-elle payer ses 40 collaboratrices accueillantes familiales qui permettent d’offrir l’équivalent de 70 places à plein temps, pour près de 120 petit.e.s onésien.ne.s, au salaire minimum légal ? Dans le cas contraire, ce sont 40 Onésiennes au chômage, et une centaine de parents sans solution de garde à la rentrée scolaire 2021 !


La double majorité de gauche voulue par la population lors des élections municipales de 2020 me permet de présenter ce dossier avec sérénité, en confiance de ce que sera le choix du Conseil municipal : préserver l’emploi et les prestations pour les Onésien.ne.s. Et sachant qu’ainsi nos valeurs et nos combats permettent réellement et concrètement de lutter contre les inégalités, d’améliorer la qualité de vie des Onésien.ne.s, bref, de changer le monde !


Carole-Anne Kast,

Conseillère administrative

Posts à l'affiche
Posts Récents