Nouvelles de campagne

12/05/2017

Chères et chers Camarades,


C’est avec émotion, fierté et conviction que je vous présente ma candidature pour représenter le Parti socialiste genevois au Conseil d’Etat.


Il y a tout juste 3 mois, la gauche unie remportait une victoire essentielle sur la Réforme de l’imposition des entreprises, la RIE III, et sur la naturalisation facilitée. Les électeurs et électrices affirmaient clairement leur refus du démantèlement du service public et leur ras-le-bol des attaques contre la classe moyenne et les plus défavorisé-e-s. 


Le signal du 12 février 2017 envoyé par la population genevoise et suisse nous montre que nous ne devons jamais nous résigner. Nous ne devons jamais douter ou abandonner, jamais cesser de nous battre pour nos valeurs, pour plus de justice sociale, pour plus d’égalité, pour que demain nous puissions vivre mieux et laisser un monde plus équitable.

Ma combativité, ma force de travail, renforcées par mon expérience dans un exécutif communal, au parlement, à la tête du parti, et dans la défense des locataires, sont autant de ressources qui me conduisent à relever le défi et à me mettre à disposition du parti socialiste genevois. 


Il est impératif que la gauche puisse stopper la droite majoritaire au gouvernement et au parlement qui, année après année, continue d’attaquer les prestations publiques, creusant ainsi toujours plus les inégalités. Il est temps que ça change ! 


Il faut que cela change, car Genève est le canton où la vie est la plus chère de Suisse. Le nombre de gens vivant dans la pauvreté a augmenté, les demandes d’aides financières explosent à l’Hospice général, de plus en plus de gens renoncent aux soins par manque de ressources et la pénurie de logements provoque l’inflation des loyers.


Les femmes, les plus de 50 ans et les jeunes sont les premiers touchés par le chômage et la précarité. Mais le chômage n’est pas seul en cause puisque 18% des personnes aidées par l’Hospice général ont un emploi et que les inégalités salariales se creusent. 


Depuis 10 ans, j’exerce en ville d’Onex, à la tête de l'exécutif, un mandat passionnant. Passionnant, car j’ai pu concrètement et réellement améliorer la vie des habitantes et des habitants et développer un service public qui travaille à réduire les inégalités !


Ces expériences et expertises socialistes que nous avons développées dans les villes, j’ai l’ambition de l’appliquer au niveau du Canton. 


En 2004, j’ai commencé à travailler pour la défense des locataires, en tant que juriste à l’Asloca, pour ses 30'000 membres, et en tant que Secrétaire générale du Rassemblement pour une Politique Sociale du Logement.


La défense des locataires, Camarades, c'est la défense de 80% des habitantes et des habitants de notre Canton, c'est la défense du plus grand nombre. Et c'est aujourd'hui l'opportunité pour notre parti, pour toute la Gauche, de montrer concrètement la différence entre ce que nous défendons et ce que la droite met en place : le logement abordable doit être au PS ce que les congés payés ont été au Front populaire !


Entre le logement et les coûts des primes d’assurance-maladie, la classe moyenne s'appauvrit inexorablement, quelle que soit sa situation sur le marché du travail. 


La droite majoritaire au gouvernement et au parlement s’efforce de restreindre l’action de l’Etat sur ce qui est non rentable, en laissant le champ libre à ceux qui s’enrichissent sur le dos de la population. Leur but est clair : maximiser leurs bénéfices et collectiviser les pertes ! 


Pourtant, ceci n’est pas une fatalité, nous avons le soutien de la population dans plusieurs domaines :

  • Dans nos Fondations communales ou dans les Coopératives, nous construisons ce logement, rentable mais équitable, de bonne qualité et durable. Il faut mener cette autre politique du logement à l’échelle du Canton. 

  • Comme dans le Canton de Vaud, nous devons réformer le système des subsides d’assurances-maladies afin que les primes ne pèsent pas plus que 10% du revenu des familles.

  • Comme dans les pays scandinaves, reconnaissons enfin que la formation est LE moyen pour lutter contre le chômage !

 

C’est pour cette raison, notamment, que le parti socialiste et la gauche doivent être renforcés au Conseil d’Etat et au Grand Conseil. Car se battre pour défendre le maintien des prestations publiques est fondamental. A l’instar des combats qu’a menés notre camarade Anne au DIP face aux violentes attaques de la droite visant à réduire les budgets de l’éducation publique.

 
Juriste, je crois profondément en la Justice. La Justice pour toutes et tous et la Justice sociale. Réussir à réaliser la justice lorsque l'on est minoritaire, cela veut dire écouter, s’affirmer, dialoguer, négocier et parvenir à trouver un chemin commun. 


Souvent, j’ai fait l’éloge de la défense, surtout auprès des députés. Mais nous devons maintenant devenir plus offensifs en ne doutant pas de notre force de mobilisation lorsque nous sommes unis. 


Cette voie, c’est celle que j’ai défendue comme Présidente du PS dans le cadre de la réforme de l’imposition des entreprises : ne jamais refuser le dialogue et la négociation, ne jamais cesser de faire valoir nos valeurs et nos objectifs, exprimer nos désaccords et rechercher des compromis, mais sans accepter de compromissions. Lorsque le compromis n’est pas possible, continuer à se battre sur le terrain parlementaire ou celui de la démocratie directe et, comme sur la RIE III ou le retour des congés-ventes, gagner en votation populaire !


Au Conseil d’Etat, c’est la méthode de travail que je défendrai. L’action de notre parti doit être complémentaire entre l’Exécutif, la députation, nos autres élu-e-s, les militant-e-s du parti socialiste et la population dont nous devons avoir la confiance. 


A cette fin, il est fondamental que notre parti et la gauche renforcent significativement leur présence au Grand Conseil, voire reconquièrent une majorité, et que le PS puisse placer une deuxième socialiste au Conseil d’État aux côtés de notre camarade Anne.


Le parti socialiste doit incarner la défense des minorités, qu’elles soient les personnes avec handicap, les personnes issues de la migration ou simplement les plus fragiles. Nous devons être crédibles en proposant des candidatures intègres, compétentes et expérimentées, des personnalités populaires, non technocratiques et accessibles, qui sont capables de parler vrai et de porter haut les couleurs du socialisme.
 

Ce rapport de confiance entre les habitant-e-s, les élues et les collectivités publiques est fondamental. A Onex, nous avons gagné cette confiance et c'est ce qui a permis l'éviction du MCG de l'Exécutif.


Camarades, il est vital de rester unis, accessibles et de rassembler. Je sais pouvoir le faire. Que ce soit avec les Verts ou la Gauche radicale, avec les Syndicats ou les Associations, ces alliés, membres du Rassemblement, sont mes partenaires au quotidien et j'ai appris à travailler avec eux et la diversité qui nous compose. 


Camarades, je veux vous dire la fierté d’être parmi vous, nous socialistes qui œuvrons pour la justice sociale, la démocratie, le respect de l’environnement et l’égalité. Merci de vos engagements au quotidien, dans les sections, dans les associations et dans la rue !


Avec vous, je veux porter l’espoir de nouvelles victoires pour la population, pour une Genève plus solidaire, pour toutes et tous, sans privilèges. Ce sera possible grâce à la mobilisation de toutes nos sections, de tous nos militantes et nos militants et je me réjouis d’être avec vous dans nos combats, nos valeurs et nos victoires !

Please reload

S'engager au PS
à mes côtés
Propositions
pour Genève