Urgence climatique et justice sociale !

La réduction des émissions de CO2 et des gaz à effet de serre est nécessaire pour éviter une augmentation de la température de la planète et ses conséquences dévastatrices. En Suisse, les effets du réchauffement climatique sont déjà bien visibles : fonte des glaciers et du pergélisol ; périodes de sécheresses avec des températures élevées ou à l’opposé, fortes précipitations qui entraînent des crues, des glissements de terrain et des laves torrentielles.


A Genève l’objectif de 60 % de réduction des émissions à l’horizon 2030 nécessitera un assainissement massif des immeubles et la décarbonisation de leur approvisionnement énergétique. Mais la lutte contre le réchauffement climatique doit aller de pair avec l’amélioration de la protection des locataires.

En effet, l’accès au logement et la qualité des immeubles échappent au choix individuel des locataires. La politique climatique doit intégrer cette réalité et le fait que se loger est un besoin fondamental. Elle doit se faire avec les locataires et non pas contre eux. C'est pourquoi, un engagement plus important de la collectivité est nécessaire pour soutenir des assainissements efficaces et respectueux des locataires.


Trouver des solutions pour financer l'assainissement du parc immobilier genevois sans mettre à mal le budget des locataires, c'est l'objectif de la nouvelle initiative lancée par l'Asloca-Genève.


Avec cette initiative populaire, nous proposons de remettre en fonction un mécanisme qui a fait ses preuves : le bonus conjoncturel à la rénovation.


Ce fonds, prévu dans la principale loi de protection des locataires à Genève, la LDTR, est épuisé depuis longtemps. L’initiative prévoit de réalimenter ce fonds durant 10 ans, par un montant annuel qui correspond à la moitié de la part du Canton aux bénéfices de la Banque nationale (BNS).


Les propriétaires qui le souhaitent pourraient ainsi obtenir un soutien financier pour financer les travaux nécessaires. La subvention couvrirait en principe 20% du coût des travaux. En contrepartie de ce soutien, les locataires des immeubles concernés ne devraient pas payer le supplément énergétique de majoration de loyer de 10 frs par pièce et par mois et donc les loyers seraient plafonnés selon la LDTR (par exemple, pour un 4 pièces = 3528 x 4 / 12 = 1'176 frs de loyer mensuel sans les charges).


Pour réussir à concilier l'urgence climatique et la justice sociale, signez et faites signer cette initiative.

220300_bat2_asloca_initiative-argumentaire
.pdf
Download PDF • 247KB

Ces feuilles de signatures doivent être renvoyées ou déposées à l’ASLOCA, rue du Lac 12, case postale 6150, 1211 Genève 6.

Mots-clés :

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Rejoignez le débat
  • Facebook Basic Square
  • mail rond